Audio et vidéo

Audio (extraits)

Chanson d’amour « J’ai perdu tous les mots »

Afficher les paroles (clic)

Aliénor et Rodolphe
aJ’ai perdu – oh ! – tous les mots
Pour exprimer les sentiments que tu éveilles,
Ô Chevalier – Ô belle Dame, dans un coeur
Qui n’a jamais connu l’amour,
Mais à présent, il naît à lui, il naît à toi,
Unique Aimé-e, comme un enfant ivre de jour.



Masquer les paroles

Rebelle

Afficher les paroles (clic)

CHANSON: « REBELLE »
Mathilde
sexy et royale dans sa négation et sa quête d’elle-même.
Ma vie m’appartient,
Je suivrai mon destin,
Je me laisse inspirer
D’un air de liberté.
Je n’ veux plus rien savoir,
Je ne laiss’ plus d’espoir
Aux idées qu’on m’impose.
Je me bats pour ma cause !

R. Rebelle ! (choeur).
J’ai laissé trop souvent (Mathilde).
Les gens décider à ma place.
Rebelle ! (choeur).
Je n’ veux plus simplement (Mathilde).
Être enfermée dans une case.
Rebelle ! (choeur).
Rebelle ! (Mathilde).
Rebelle ! (choeur).
Rebelle je suis et je resterai, (Mathilde).
J’écout’erai mon coeur et ma volonté !

C. Mes parents n’ m’aimaient pas ;
on m’a mariée sans moi.
Les homm’s m’ont courtisée,
Sans souci pour mon âme.
L’émotion, j’ connais pas,
c’est bien mieux comm’ cela !

Masquer les paroles

Rap du Moine guerrier: « Hérétiques »

Afficher les paroles (clic)

RÉCITATIF : « HÉRÉTIQUES »
Henri de Marcy
s’adressant au peuple de Lavaur,
en habit blanc de moine cistercien,
les yeux couverts par sa coule, rappé.


Je suis Henri de Marcy.
Le Saint-Père m’a envoyé
Condamner les hérésies.
Par le fer, le feu extirper,
S’ils ne se repentent pas,
Tous les Cathares, les Parfaits,
Détournant de la vraie foi
Notre saint troupeau, c’en est fait!
Pécheurs dans vos prétentions
A nier le bien de l’union
du corps et de l’âme en l’homme.
Pour vous, la chair, la création,
c’est le péché maximum.
Et pour une telle vision
Vous méritez plus que mort:
Éternel châtiment, Passion.

Si vous livrez les meneurs
Alors je vous épargnerai;
Sinon craignez ma fureur,
La mort ne pourrez éviter.
C’est le moment de choisir,
Pour vous plus un instant de trop:
Vraie foi, vie, et repentir,
Ou bien, enfer, mort sans tombeau!

Masquer les paroles

Ouverture

Afficher les paroles (clic)

OUVERTURE
Voix de Rodolphe
enregistrée, comme un écho sur la musique.

Gewan ich ze minnen ie guoten wân… (chanté).
Même si j’avais mis bon espoir en la passion…
(rappé).

Masquer les paroles

Chanson rap-médiéval

Afficher les paroles (clic)

CHANSON : « TROUBADOUR »
basé sur le texte provençal de Folquet de Marseille.
Folquet de Marseille couplet, dans un flow rap.

Je suis comme celui qui se laisse entraîner
Au jeu et perd et jure d’y renoncer,
Mais s’y prend trop tard!
De même, j’ai compris trop tard
Les ruses dont la Passion a fait preuve
Vis-à-vis de moi, ouais.
Elle m’a attiré avec ses belles manières,
M’a égaré comme un méchant débiteur
Qui fait de belles promesses
sans jamais songer au paiement de son coeur.
refrain.
Si j’avais mis bon espoir en Passion.
Hé ! (chœur)
Ni espérance, ni consolation.
Hé ! (chœur)
C’est l’histoire du malheureux
Troubadour ! (tous)                                                        
Je suis comm’e celui qui grimpe à l’arbre,
Hé ! (chœur
Paralysé, à mi-hauteur !
Hé ! (chœur
C’est la vie du malheureux
Troubadour ! (chœur)                                                        

Masquer les paroles

Danse médiévale avec rythmique et flow hip-hop

Afficher les paroles (clic)

RÉCIT ET DANSE : ALLIANCE
Chevaliers et Dames entrent en dansant.
Anhalt le narrateur

Quatre années ont passé. Rodolphe n’a pas fait le deuil de son premier amour.
Il a été forcé à se marier à Comitissa, et encore à ce jour,
Seul Berthold, son fils, arrive à lui arracher un brin de sourire.
Des liens politiques se développent, mais Rodolphe reste bloqué dans ses souvenirs.
Erlach, cité voisine de langue allemande, s’allie à Neuchâtel.
Es ist ein Fest, tout le monde boit, chante et danse, la vie est belle.
                                              

Masquer les paroles

Sorcière (récitatif)

Afficher les paroles (clic)

La sorcière
Ho hándos neïtz !
Náïm azáll lédum hoch !
Waï de áu !
Dame Adélaïs, prépare-toi !
Je vois et je tremble !
Je vois et tous trembleront !
Car de noirs nuages s’amoncellent sur le Sud ;
Et des torrents de haine vont se répandre sur nous. Il vient, le temps où les hommes
Au nom d’un Dieu d’amour
Tueront leurs propres frères !
Et la folie meurtrière se répandra telle une peste, Comme chaque fois qu’elle s’empare des hommes. Et même ton Folquet, qui enchante ta cour de poèmes,
Au lieu de chants d’amour fera des chants de haine !

Masquer les paroles

Nous allons faire la guerre (chœur et Ulric)

Afficher les paroles (clic)




26. chanson : « Nous allons faire la guerre »
Les hommes
Ho ! Hé ho ! Héia ! Ho !
Par’e ce coup ! Ho ! Héio !
I’l tomb’e de taille ou d’estoc !
Ho ! Hé ho ! Héia ! Ho !                                     bis.
 
Anhalt
rappé via le cadre.
Onze-cent-nonant’e-six, mais qu’est-ce qui se passe ?
Sont-ce les derniers temps ? Allons-nous à la casse ?
 
Ulric
Ma mère est bien trop vieille
Pour gouverner hardiment.
Quant à mon fou de frère,
Il ne sait que dam’es et chants.
Dieu a fait qu’il soit l’aîné,
On l’a connu plus inspiré.

 

                             

Mais je rends grâce à mon père
D’avoir partagé le pouvoir
entre père, mère et frères ;
J’ai ainsi acquis le savoir,
Bien que je sois le fils cadet,
De gouverner et mener les hommes.
Mon frère a perdu cet aspect,
Je le prends, à moi le maximum !

Neuchâtel,                                                           
Je t’entraîne
Vers la gloire !
Viens ma belle,
Allons faire…
Fair’e la guerre !
 
Les hommes
Nous allons fair’e la guerre,            
la gagner par le fer !                               
Nous recherchons la gloire,          
ell’e vient à nous ce soir.                      
Ho ! Hé Ho ! Ils vont voir !

Masquer les paroles

vidéo

À venir…